Relation bien-être et comportements pro-environnementaux :

Effet d’une intervention de psychologie positive orientée vers la nature.

  • Présenté par :
    • Frattina, B., Shankland, R., Helme-Guizon, A., Kerjean, M., Gavart-
      Perret M.L – Université de Grenoble Alpes
    • Julien, R. – Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère
    • Hagège, H. – Université de Montpellier
  • Objectifs :
    L’objectif de cette étude est de mesurer l’effet d’une intervention en psychologie positive sur les comportements pro- environnementaux.La première expérimentation a eu lieu dans l’entreprise Guichon Valves sous la forme du programme CARE orienté vers la nature (Shankland, Kotsou, Durand, & André, 2015) sur 8 semaines.

>> Voir le poster <<

Psychologie positive et addiction :

  • Présenté par :
    Rebecca Shankland – Université Grenoble Alpes
  • Objectifs (menée à la clinique du Dauphiné (38) ):
    Observer les effets d’une intervention de psychologie positive (programme CARE), auprès de patients présentant une problématique d’addictions, lors d’une cure de sevrage. Dans quelle mesure cette thérapie peut-elle contribuer au sevrage, à la fois en termes de bien-être subjectif (WEMWBS) et de diminution des symptômes de craving (EVA), d’impulsivité (UPPS) et de faible capacité de régulation émotionnelle (PEC) ?

>> Voir le poster <<

Effets de la formation ProMoBE1 :

La satisfaction scolaire, l’anxiété scolaire et la régulation émotionnelle des élèves

  • Présenté par :
    • Béatrice Imbert, Agnès Muir Poulle – UGA
    • Damien Tessier – SENS UGA
    • Rébecca Shankland – LIP UGA, 1: PROmouvoir la MOtivation et le Bien-Être à l’école
  • Objectifs :
    Examiner les effets d’une formation visant à aider les enseignants à instaurer un climat de classe favorable à l’amélioration du bien-être des élèves.

>> Voir le poster <<

Développement du bien-être en classe :

Pleine conscience et gratitude.

  • Présenté par :
    • Véronique Brun, Julie Dubarle – Université Grenoble Alpes
  • Introduction :
    Comment et dans quelle mesure une intervention de psychologie positive à l’école combinant la pleine conscience/présence attentive et la psychologie positive/gratitude, améliore-t-elle les compétences émotionnelles et le bien-être des élèves, des enseignants et la qualité du climat de classe ?.

>> Voir le poster <<

Les effets du journal de gratitude :

Evaluation chez des patients atteints de maladies rhumatismales.

  • Présenté par :
    • Joséphine Broi – TER de Master 1 de Psychologie Clinique
  • Codirigé par :
    Rébecca Shankland et Aurélie Gauchet Université Grenoble Alpes
  • Objectifs :
    Le but de cet étude était d’évaluer les effets du journal d’orientation reconnaissante (JOR) chez des patients atteints de maladies rhumatismales.

>> Voir le poster <<

Les forces de caractère au service de l’orientation tout au long de la vie :

  • Présenté par :
    • Samia BEN YOUSSEF MNIF – Doctorante en cotutelle internationale entre la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis (FSHST) & l’Institut National d’Etude du Travail et d’Orientation Professionnelle (Inetop) du Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam) Paris
  • Sous la Co-direction de :
    Pr. Noureddine KRIDIS & Pr. Jean-Luc BERNAUD
  • Objectifs :
    Les changements socio-économiques, la raréfaction de l’emploi, l’augmentation de la mobilité des travailleurs ont amené l’orientation à développer des outils d’aide à l’insertion et à la réinsertion spécifiquement destinés aux adultes (Bernaud, 2008). Si, à l’origine, l’orientation concernait essentiellement les jeunes poursuivant leur formation initiale selon des cursus scolaires diversifiés (Guichard & Huteau, 2006), elle touche aujourd’hui de plus en plus d’adultes qui font appel à ses services tout au long de leur vie.

>> Voir le powerPoint <<
>> Voir le poster <<

Quelles sont les causes de mon bien être ?

Construction et validation d’une échelle de contrôle spécifique au bien être.

  • Présenté par :
    • Joran FARNIER et Rébecca SHANKLAND – Université Grenoble Alpes
    • Ilios KOTSOU – Université de Bruxelles
  • Objectifs :
    Un des postulats fondamental de la psychologie positive est que nous pouvons influencer notre bien-être à travers notre propre comportement. On peut cependant se demander si les individus partagent cette vision : se sentent-ils acteur de leur bien-être ou bien ont-ils le sentiment qu’il dépend davantage de facteurs externes comme le hasard ou les autres ? Nous proposons le concept de locus de contrôle spécifique au bien-être (WB-LOC) pour répondre à l’absence de construit scientifique dans la littérature et permettre de le mesurer par la construction d’une échelle multidimensionnelle (WB-LOC12).

>> Voir le poster <<

Théorie de l’autodétermination :

Développement d’une action auprès des familles de jeunes enfants en situation d’handicap au sein d’un centre d’action médico social précoce.

  • Présenté par :
    • Séverine Desjardins – Université Grenoble Alpes
  • Hypothèse :
    La participation libre des familles et des professionnelles d’un CAMSP à la réalisation d’une œuvre collective publique favorise un sentiment de compétence, d’autonomie et d’appartenance étayant la motivation autodéterminée de ces parents à adhérer au projet de soins de leurs enfants.?

>> Voir le poster <<

Distinguer les effets de différents exercices de mindfulness :

Etude pilote avec le Body Scan et le Mindful-eating.

  • Présenté par :
    • Catherine Juneau & Michael Dambrun – CNRS LAPSCO et Université Clermont-Auvergne
    • Rebecca Shankland – LIP, Université Grenoble Alpes, France
  • Introduction :
    L’objectif de cette étude est d’étudier l’effet de la mindfulness sur les changements dans la percep7on du soi et sur l’équanimité envers des odeurs alimentaires. En effet, notre consomma7on alimentaire n’est pas seulement guidée par notre faim mais aussi par l’évalua7on hédonique des aliments : même sans avoir faim, on peut avoir envie de manger un aliment qui nous plait. La mindfulness peut diminuer l’intensité émo7onnelle ressen7t face à des s7muli (Taylor et al., 2011) et diminuer l’external ea*ng (i.e., la sensibilité aux s7muli alimentaires externes comme les odeurs ; Van Strien et al., 1997)

>> Voir le poster <<